mercredi, juin 12, 2024
Faits divers

Une femme opte pour la séparation en raison de la rareté des rapports intimes avec son époux

Le 03 août 2023, nos collègues de Cameroon Tribune ont relayé une histoire inhabituelle. Depuis le 28 juillet précédent, Aline, âgée de 29 ans, a déposé une plainte contre son époux, Jean-Claude, âgé de 36 ans, en raison de son incapacité à remplir son devoir conjugal.

Le mariage de ce couple en cours de divorce se révèle être une situation complexe. Deux jours seulement après leur nuit de noces, Jean-Claude part en mission, suivie d’une formation à l’étranger qui durera un an et demi. Son épouse peine à faire face à l’abstinence imposée par cette séparation, et lorsqu’il revient dans le pays huit mois plus tard, elle exprime naturellement son besoin de rapprochement intime, comme rapporté par Cameroon Tribune. Cependant, son mari attribue sa fatigue au voyage comme excuse. Par la suite, il persiste dans son refus d’intimité en dormant habillé, évitant la douche pendant son bain et en sortant habillé. Après dix jours, Aline atteint un point de rupture et éclate en scandale, mais son mari demeure indifférent à ses préoccupations. Elle répète cette réaction pendant deux jours consécutifs, sans succès. Le 27 juillet dernier, le mari rentre du travail en compagnie de son cousin.

La femme a été interrogée par les magistrats

Jean-Claude emmène son épouse dans leur chambre et lui annonce que son cousin est venu pour satisfaire ses besoins intimes. Elle sort de la chambre en hurlant qu’elle n’a pas épousé le cousin et que si son mari ne l’aime plus, il devrait lui accorder le divorce. Le cousin est renvoyé sans autre conséquence. Le lendemain, Aline se rend à la gendarmerie pour déposer une plainte. Son mari y a été convoqué à deux reprises, sans succès. Le 1er août dernier, son épouse a été à nouveau interrogée par les gendarmes, comme le laisse entendre les informations de CT ce jeudi. Depuis lors, elle n’a pas remis les pieds dans leur domicile conjugal à Akwa. Son mari a fait constater son absence au domicile par un huissier. L’affaire est donc loin d’avoir trouvé sa conclusion.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *